Rhinadvil Caps Rhume, 16 capsules molles

Rhinadvil Caps Rhume, 16 capsules molles

Rhinadvilcaps Rhume IBUPROFENE/PSEUDOEPHEDRINE est indiqué dans le soulagement des symptômes du rhume et de la grippe tels que maux de tête, fièvre, maux de gorge, maux mineurs et douleurs associées au nez bouché (congestion nasale) et à l'inflammation des sinus (sinusite) chez l'adulte et l'adolescent de plus de 15 ans .

6,28€
Attention Médicament
Code EAN : 3400930122914
Code ACL : 3012291

Cet article est momentanément indisponible sur notre site internet, merci de nous contacter pour plus d’informations.

capsule molle (ovale, de couleur claire, en gélatine, remplie d'un liquide translucide avec " 200/30 " imprimé en encre noire) : Ibuprofène 200 mg, Chlorhydrate de pseudoéphédrine 30 mg.

Excipients : Hydroxyde de potassium, Macrogol 600, Eau purifiée, Sorbitol liquide partiellement déshydraté (E420), Gélatine, Encre noire d'impression, (Macrogol 400, Acétate de polyvinyl phtalate, Propylène glycol, Oxyde de fer noir (E 172)), Lécithine de soja, Triglycérides à chaînes moyennes, qsp 1 capsule molle.

Excipients à effet notoire : sorbitol (E420), lécithine de soja, potassium. Ce médicament contient 15.871 mg de potassium par capsule.

Administration orale.

Traitement de courte durée uniquement. Cette association ne doit être utilisée que lorsque l'action décongestionnante du chlorhydrate de pseudoéphédrine et l'action anti-inflammatoire de l'ibuprofène est nécessaire. Si un seul symptôme prédomine, douleur et/ou fièvre, ou congestion nasale, il est préférable d'utiliser une seule molécule.

Posologie Adultes, personnes âgées et adolescents de plus de 15 ans : 1 capsule toutes les 4 à 6 heures, sans dépasser 6 capsules par 24 heures. En cas de symptômes plus intenses, 2 capsules (400 mg d'ibuprofène / 60 mg de chlorhydrate de pseudoéphédrine) par prise, à renouveler si besoin au bout de 6 heures, sans dépasser la dose maximale de 6 capsules (1200 mg d'ibuprofène / 180 mg de chlorhydrate de pseudoéphédrine) par jour. Les effets indésirables peuvent être minimisés en utilisant la dose efficace la plus faible pendant la durée la plus courte nécessaire au contrôle des symptômes (voir rubrique Mises en garde et précautions d'emploi). La durée maximale du traitement est de 5 jours sauf indication contraire du médecin.

Population pédiatrique Rhinadvilcaps Rhume IBUPROFENE/PSEUDOEPHEDRINE est contre-indiqué chez les enfants de moins de 15 ans.

Chez l'insuffisant rénal et hépatique Aucune réduction de dose n'est requise chez les patients présentant une insuffisance rénale ou hépatique légère à modérée. (Voir rubrique Mises en garde et précautions d'emploi).

La dose efficace la plus faible doit être utilisée.

Mode d'administration Voie orale uniquement. Les capsules sont à avaler avec un verre d'eau.

 

Contre-indications:

· Hypersensibilité aux substances actives ou à l'un des excipients mentionnés à la rubrique Composition

· Patient présentant un antécédent de réactions d'hypersensibilité (par exemple : asthme, bronchospasme, rhinite, angioedème, urticaire) déclenchée par la prise d'ibuprofène, d'acide acétylsalicylique ou d'autres AINS (anti-inflammatoires non stéroïdiens).

· Ulcère gastro-duodénal actif ou antécédent d'ulcère / hémorragie récurrents (au moins deux épisodes distincts d'ulcères ou de saignements avérés).

· Antécédent d'hémorragie ou de perforation gastro-intestinale, liées à un traitement par des AINS

· Insuffisance cardiaque sévère (Stade IV NYHA), Insuffisance rénale ou insuffisance hépatique (voir rubrique Mises en garde et précautions d'emploi)

· Pendant la grossesse et l'allaitement (voir rubrique Grossesse et allaitement).

· Enfants et adolescents de moins de 15 ans.

· Patients souffrant d'une maladie cardiovasculaire grave, de tachycardie, d'hypertension, d'insuffisance rénale sévère, d'angine de poitrine, d'hyperthyroïdie, de diabète, de phéochromocytome, de glaucome à angle fermé, d'hypertrophie de la prostate.

· Patients traités par des antalgiques ou des décongestionnants.

· Patients traités par des antidépresseurs tricycliques

· Patients traités ou ayant été traités au cours des 15 derniers jours par des inhibiteurs de la monoamine oxydase.

 

 

Mises en garde et autres précautions particulières d'emploi

Eviter l'utilisation de RHINADVILCAPS RHUME IBUPROFENE/PSEUDOEPHEDRINE en même temps que d'autres AINS contenant des inhibiteurs de la cyclooxygénase 2.

Les effets indésirables peuvent être atténués en utilisant la dose la plus faible possible associée à la durée la plus courte possible pour contrôler les symptômes (voir rubrique « effets gastro-intestinaux et risques cardiovasculaires ci-après »).

Mises en garde Liées à la présence de chlorhydrate de pseudoéphédrine: · Il est impératif de respecter strictement la posologie, la durée de traitement de 5 jours et les contre-indications (voir rubriques Posologie et mode d'administration et Contre-indications).

· Les patients doivent être informés que la survenue d'une hypertension artérielle, d'une tachycardie, de palpitations ou de troubles du rythme cardiaque, de nausées ou de tout signe neurologique (tel que l'apparition ou la majoration de céphalées) impose l'arrêt du traitement.

· Il est conseillé aux patients de prendre un avis médical : o en cas d'hypertension artérielle, de troubles cardiaques, d'hyperthyroïdie, de psychose ou de diabète, o en cas d'association avec les antimigraineux, notamment les vasoconstricteurs alcaloïdes dérivés de l'ergot de seigle, en raison de l'activité sympathomimétique alpha-adrénergique du vasoconstricteur.

· Des troubles neurologiques à type de convulsions, d'hallucinations, de troubles du comportement, d'agitation, d'insomnie ont été décrits, plus fréquemment chez des enfants, après administration de vasoconstricteurs par voie systémique, en particulier au cours d'épisodes fébriles ou lors de surdosages.

Par conséquent, il convient notamment: o de ne pas prescrire ce traitement en association avec des médicaments susceptibles d'abaisser le seuil épileptogène tels que dérivés terpéniques, clobutinol, substances atropiniques, anesthésiques locaux, etc., ou en cas d'antécédents convulsifs. o de respecter, dans tous les cas, la posologie préconisée, et d'informer le patient des risques de surdosage en cas d'association avec d'autres médicaments contenant des vasoconstricteurs.

· Le sujet âgé pourrait être plus sensible aux effets sur le système nerveux central. Liées à la présence d'ibuprofène:

· Les patients présentant un asthme associé à une rhinite chronique, à une sinusite chronique et/ou à une polypose nasale ont un risque de manifestation allergique plus élevé que le reste de la population, lors de la prise d'aspirine et/ou d'anti-inflammatoires non stéroïdiens.

· L'administration de cette spécialité peut entraîner une crise d'asthme, notamment chez certains sujets allergiques à l'aspirine ou à un AINS(voir rubrique Contre-indications).

· Les AINS, en inhibant l'action vasodilatatrice des prostaglandines rénales, sont susceptibles de provoquer une insuffisance rénale fonctionnelle par une réduction du taux de filtration glomérulaire. Cet effet indésirable est dose-dépendant. Effets respiratoires : Chez les patients ayant des antécédents d'asthme bronchique ou d'antécédents allergiques, la survenue de bronchospasme peut être favorisée.

Effets rénaux : Une insuffisance rénale, car la fonction rénale peut potentiellement se dégrader (voir rubriques Contre-indications et Effets indésirables)

Effets hépatiques : Dysfonctionnement hépatique (voir rubriques Contre-indications et Effets indésirables)

Effets gastro-intestinaux : Des hémorragies gastro-intestinales, ulcérations, perforations, pouvant être fatales ont été signalées avec tous les AINS, à tout moment pendant le traitement, avec ou sans antécédent ou signe avant-coureur. Le risque d'hémorragie, d'ulcération ou de perforation augmente avec les doses d'AINS, chez les patients ayant des antécédents d'ulcère compliqués en particulier d'hémorragie ou perforation (voir rubrique Contre-indications), et chez les patients plus âgés. Ceux-ci devront commencer le traitement avec la dose la plus faible.

L'association avec des muco-protecteurs (i.e misoprostol ou inhibiteurs de la pompe à proton) doit être envisagée pour ces patients, pour ceux qui prennent en même temps de faible dose d'acide acétylsalycilique, ou d'autres molécules pouvant augmenter le risque gastro-intestinal (voir ci-après et rubrique Interactions avec d'autres médicaments et autres formes d'interactions).

Les patients ayant des antécédents de toxicité gastro-intestinale, en particulier les sujets âgés, peuvent présenter des symptômes abdominaux inhabituels en début de traitement (saignements gastro-intestinaux en particulier). Prudence particulière chez les patients recevant simultanément des médicaments susceptibles d'augmenter le risque d'ulcère ou d'hémorragie, tels que corticoïdes oraux, anticoagulants tels que warfarine, inhibiteurs sélectifs de la recapture de la sérotonine, anti-agrégants plaquettaires tels que l'acide acétylsalycilique (voir rubrique Interactions avec d'autres médicaments et autres formes d'interactions). En cas d'hémorragie gastro-intestinale ou d'ulcère, arrêter immédiatement le traitement avec ce médicament. Les AINS seront prescrits avec précautions chez les patients ayant des antécédents gastro-intestinaux (colite ulcéreuse, maladie de Crohn) pour ne pas exacerber ces pathologies (voir rubrique Effets indésirables- Effets indésirables).

Effets cardiovasculaires et cérébrovasculaires : Des études cliniques suggèrent que l'utilisation de l'ibuprofène, particulièrement à doses élevées (supérieures à 2400 mg/jour est susceptible d'être associée à un risque légèrement accru d'évènements thrombotiques artériels (infarctus du myocarde ou accident vasculaire cérébral par exemple). Dans l'ensemble, les études épidémiologiques, ne suggèrent pas que les faibles doses d'ibuprofène (par ex., <=à 1200 mg/jour) sont associées à risque accru d'évènements thrombotiques artériels. Les patients présentant une hypertension non contrôlée, une insuffisance cardiaque congestive (stades II- III NYHA), une ischémie cardiaque établie, une artériopathie périphérique et/ou un accident vasculaire cérébral ne doivent être traités avec de l'ibuprofène qu'après un examen approfondi et les doses élevées (2400 mg/ jour) doivent être évitées. Un examen approfondi doit également être réalisé avant l'instauration d'un traitement à long terme chez des patients présentant des facteurs de risque d'évènements cardiovasculaires (par ex., hypertension, hyperlipidémie, diabète, tabagisme), en particulier si des doses élevées (2400 mg/jour sont nécessaires.

Réactions cutanées : Des réactions cutanées sévères, certaines fatales, telles que dermatite exfoliative, syndrome de Stevens Johnson, et nécrolyse épidermique toxique ont été très rarement observées lors de traitement par les AINS (voir rubrique Effets indésirables).Le risque le plus élevé est en début de traitement, l'apparition de ces réactions apparaissant au cours du premier mois de traitement dans la plupart des cas. Ce médicament devra être interrompu dès l'apparition de rash cutané, de lésions muqueuses, ou de tout autre signe d'hypersensibilité. Fertilité : L'utilisation d'AINS peut altérer la fertilité féminine. Précautions d'emploi Liées à la présence de chlorhydrate de pseudoéphédrine:

· En cas d'intervention chirurgicale programmée et en cas d'utilisation d'anesthésiques volatils halogénés, il est préférable d'interrompre le traitement quelques jours avant, en raison du risque d'épisode hypertensif aigu (voir rubrique Interactions avec d'autres médicaments et autres formes d'interactions).

· L'attention des sportifs est attirée sur le fait que le chlorhydrate de pseudoéphédrine peut induire une réaction positive des tests pratiqués lors des contrôles antidopages.

Liées à la présence d'ibuprofène: · Sujet âgé: l'âge ne modifiant pas la cinétique de l'ibuprofène, la posologie ne devrait pas avoir à être modifiée en fonction de ce paramètre, mais une surveillance attentive doit être observée chez le sujet âgé, en raison, d'une augmentation des effets secondaires liés aux AINS, en particulier des saignements et perforations gastro-intestinaux, pouvant être fatales. · En début de traitement, une surveillance attentive du volume de la diurèse et de la fonction rénale est nécessaire chez les malades insuffisants cardiaques, hépatiques et rénaux chroniques, ou présentant une cirrhose hépatique, chez les patients prenant un diurétique, après une intervention chirurgicale majeure ayant entraîné une hypovolémie, et particulièrement chez les sujets âgés. · En cas de troubles de la vue apparaissant en cours de traitement, un examen ophtalmologique complet doit être effectué.

Précautions liées aux excipients : Les patients présentant une intolérance au fructose (maladie héréditaire rare) ne doivent pas prendre ce médicament. RHINADVILCAPS RHUME IBUPROFENE/PSEUDOEPHEDRINE 200 mg /30 mg, capsule molle, contient de la lécithine de soja. Les patients allergiques à l'arachide ou au soja ne doivent pas utiliser ce médicament. Ce médicament contient 15,871 mg de potassium par capsule. Les patients ayant une fonction rénale réduite ou les patients suivant un régime à apports contrôlés en potassium doivent tenir compte de cette information.

Grossesse et Allaitement :

Grossesse Pseudoéphédrine: Il existe une association possible entre le développement d'anomalies foetales et l'exposition à la pseudoéphédrine au cours du premier trimestre. Par conséquent, l'utilisation de la pseudoéphédrine pendant la grossesse doit être évitée Ibuprofène: Bien qu'aucun effet tératogène n'ait été démontré au cours des essais chez l'animal, l'utilisation de l'ibuprofène devrait, si possible, être évitée pendant les six premiers mois de la grossesse. Au cours du 3ème trimestre, l'ibuprofène est contre-indiqué, car il existe un risque de fermeture prématurée du canal artériel du foetus avec une hypertension pulmonaire persistante possible. Le début du travail peut être retardé et sa durée augmentée avec un risque d'allongement du temps saignement chez la mère et l'enfant. Fertilité Des preuves limitées indiquent que les médicaments qui inhibent la synthèse de cyclo-oxygénases / prostaglandines peuvent entraîner une altération de la fertilité en agissant sur l'ovulation. Ceci est réversible à l'arrêt du traitement. Allaitement Ibuprofène: Dans un nombre limité d'études, l'ibuprofène est présent dans le lait maternel à de très faibles concentrations. Il est peu probable que cela affecte de manière délétère l'enfant allaité. Pseudoéphédrine: La pseudoéphédrine est excrétée dans le lait maternel en faibles quantités, mais l'effet du traitement sur les nourrissons allaités n'est pas connu. On estime que 0,4% à 0,7% d'une dose unique de pseudoéphédrine ingérée par la mère sera excrétée dans le lait maternel en 24 heures. En conclusion, l'utilisation de ce médicament est contre-indiquée pendant la grossesse et l'allaitement.

Effets sur l'aptitude à conduire des véhicules et à utiliser des machines : RHINADVILCAPS RHUME IBUPROFENE/PSEUDOEPHEDRINE a une influence mineure ou modérée sur l'aptitude à conduire des véhicules et à utiliser des machines. Les patients présentant des étourdissements, des hallucinations, des maux de tête inhabituels et des troubles visuels ou auditifs doivent éviter de conduire ou d'utiliser des machines. Une administration unique ou une utilisation à court terme de ce médicament ne justifie généralement pas la prise de précautions particulières.

Nombre d’unités : 16
Âge minimum : 15 ans

Nature de produit : Capsule molle
Substance active : Ibuprofène, Pseudo-éphédrine
Conditionnement : Boite carton, Plaquette thermoformée
Indication / Contre-indication : Ne pas dépasser la dose journalière recommandée, Ne pas utiliser chez la femme enceinte et/ou allaitante, Photosensibilisant, Tenir hors de portée des enfants

Tous les prix incluent la TVA - hors frais de livraison. Page mise à jour le 02/07/2022.

 

Découvrez également
Ministère de la santé Order national des pharmaciens Vérifier la légalité du site ARS Pharma Système Qualité ISO 9001 Bureau Veritas Certification Pharmacie française