Nicopass 1,5 mg eucalyptus, sans sucre - 96 pastilles à sucer

Nicopass 1,5 mg eucalyptus, sans sucre - 96 pastilles à sucer

Ce médicament est indiqué dans le traitement de la dépendance tabagique afin de soulager les symptômes du sevrage nicotinique chez les sujets désireux d'arrêter leur consommation de tabac. Le taux de réussite du sevrage tabagique est généralement amélioré s'il est accompagné de conseils et d'un soutien. Bien que l'arrêt définitif de la consommation de tabac soit préférable, ce médicament peut être utilisé dans : · les cas où un fumeur s'abstient temporairement de fumer, · une stratégie de réduction du tabagisme comme une étape vers l'arrêt définitif. Réservé à l'adulte et à l'adolescent (de plus de 15 ans.)

11,27€
Attention Médicament
Code EAN : 3400937680554
Code ACL : 3768055

Cet article est momentanément indisponible sur notre site internet, merci de nous contacter pour plus d’informations.

pastille à sucer (carrée, opaque, blanche) : Résinate de nicotine 8,33 mg, soit Nicotine 1,5 mg.

Excipients : Isomalt (E 953), Hypromellose (E 464), Aspartam (E951), Acésulfame potassique, Arôme aux extraits naturels de menthe, Arôme aux extraits naturels d'eucalyptus, (Trans-anéthole, Eucalyptol, L-Menthol), Arôme masquant Permaseal, (Substances aromatisantes naturelles, Maltodextrine, Gomme arabique, Propylèneglycol), Bicarbonate de sodium, Carbonate de sodium anhydre, qsp 1 pastille.

Excipients à effet notoire : Isomalt (E953) (2.33g), aspartam (E951) (5,00 mg)

 

Adulte et adolescent de plus de 15 ans. NICOPASS ne doit pas être utilisé chez les fumeurs de moins de 18 ans sans recommandation d'un professionnel de santé. Les pastilles dosées à 1,5 mg en monothérapie sont adaptées pour les fumeurs faiblement ou modérément dépendants à la nicotine (score au test de Fagerström <= 6). Posologie Quelle que soit l'indication, ne pas dépasser 30 pastilles par jour. Arrêt complet du tabac Ce médicament peut être utilisé en monothérapie ou en association avec les dispositifs transdermiques nicotiniques. En cas d'association, il est conseillé aux patients de prendre un avis médical. · Monothérapie : Le traitement de la dépendance à la nicotine se fait habituellement en 2 phases. 1ère phase Sucer lentement une pastille chaque fois que l'envie de fumer apparaît. Le nombre de pastilles dosées à 1,5 mg est généralement de 8 à 12 par jour et ne doit en aucun cas dépasser 30 pastilles par jour. La durée de cette phase est d'environ 3 mois, mais peut varier en fonction de la réponse individuelle. 2ème phase Quand l'envie de fumer est complètement surmontée, réduire progressivement le nombre de pastilles par jour. Le traitement sera arrêté lorsque la consommation est réduite à 1 à 2 pastilles par jour. Il est recommandé de ne pas utiliser les pastilles au-delà de 12 mois. · En association avec les dispositifs transdermiques à la nicotine Les personnes qui, malgré une monothérapie bien conduite, continuent de ressentir des envies irrépressibles de fumer ou les personnes qui ont échoué en monothérapie peuvent associer les pastilles NICOPASS 1,5 mg avec une forme délivrant de la nicotine tout au long de la journée : les dispositifs transdermiques. L'association des dispositifs transdermiques avec les substituts nicotiniques par voie orale a donné des résultats supérieurs à ceux obtenus pour chacun des traitements pris séparément. o Traitement initial : Le traitement devra débuter par un dispositif transdermique adapté au niveau de dépendance qui sera appliqué quotidiennement sur la peau le matin et associé, si nécessaire, à la pastille. Dans ce cas, sucer lentement une pastille chaque fois que l'envie impérieuse de fumer apparaît, avec un minimum de 4 pastilles par jour. Généralement 5 à 6 pastilles procurent l'effet adéquat. Ne pas utiliser plus de 24 pastilles par jour. Ce schéma posologique devra être utilisé pendant 6 à 12 semaines, période après laquelle un sevrage progressif des produits de substitution devra être initié. o Sevrage progressif des produits de substitution : Celui-ci devra être effectué de la façon suivante : utiliser des dispositifs transdermiques moins dosés, selon les durées respectives d'utilisation spécifiées pour le dispositif transdermique utilisé, tout en continuant à utiliser si nécessaire le même nombre de pastilles qu'en début de traitement, puis réduire ensuite le nombre de pastilles dosées à 1,5 mg utilisées par jour, jusqu'à un maximum de 12 mois de traitement total. Abstinence temporaire du tabac Sucer lentement une pastille chaque fois que l'envie de fumer apparaît. Le nombre de pastilles dosées à 1,5 mg est généralement de 8 à 12 par jour et ne doit en aucun cas dépasser 30 pastilles par jour. Réduction tabagique Dans la mesure du possible, alterner les pastilles à la nicotine et les cigarettes. Sucer lentement une pastille quand l'envie de fumer apparaît, pour rester aussi longtemps que possible sans fumer. Utiliser chaque jour un nombre suffisant de pastilles sans dépasser 30 par jour. Progressivement continuer à essayer de diminuer votre consommation de cigarettes, si possible jusqu'à l'arrêt complet. Quand vous ne fumerez plus depuis quelques semaines, réduire progressivement le nombre de pastilles à sucer par jour. Le traitement sera arrêté lorsque la consommation est réduite à 1 à 2 pastilles par jour. ll est recommandé de ne pas utiliser les pastilles au-delà de 12 mois.

Mode d'administration VOIE BUCCALE. La pastille doit être placée dans la bouche où elle va se dissoudre progressivement. Elle doit être régulièrement déplacée d'un côté de la bouche à l'autre et sucée lentement jusqu'à dissolution complète. La structure matricielle de la pastille a été conçue pour assurer sa dissolution en environ 30 minutes permettant ainsi une libération progressive de la nicotine et donc une absorption lente de celle-ci au niveau de la muqueuse buccale. Par conséquent, elle ne doit pas être croquée ou avalée. Il faut s'abstenir de boire ou de manger lorsque la pastille est dans la bouche.

 

Contre-indications:

· Non fumeur ou fumeur occasionnel.

· Hypersensibilité à la nicotine ou à l'un des excipients mentionnés à la rubrique Composition

· Phénylcétonurie, en raison de la présence d'aspartam.

Dans l'indication "Arrêt complet du tabac", l'utilisation de ce médicament doit s'accompagner d'une interruption totale de la consommation de tabac.

En raison des effets pharmacologiques de la nicotine, certaines pathologies nécessitent un avis médical ainsi qu'une surveillance médicale :

· ulcère gastrique ou duodénal en évolution,

· insuffisance hépatique et/ou rénale sévère.

Les mises en garde et précautions particulières d'emploi de l'association d'un dispositif transdermique à la nicotine avec des pastilles de NICOPASS sont celles de chaque traitement utilisé seul.

Mises en garde particulières liées aux excipients à effet notoire : Ce médicament contient de l'isomalt (E953). Son utilisation est déconseillée chez les patients présentant une intolérance au fructose (maladie héréditaire rare).

Population pédiatrique La nicotine est une substance toxique. Ne pas laisser ce médicament à la portée des enfants. En effet, la dose thérapeutique destinée à l'adulte pourrait provoquer une intoxication grave voire mortelle chez l'enfant (voir rubrique Surdosage).

Grossesse et Allaitement : Grossesse Les études expérimentales effectuées dans plusieurs espèces n'ont pas montré d'effet tératogène ou foetotoxique de la nicotine administrée à débit continu, et cela à doses maternotoxiques. Dans les mêmes conditions d'administration, une hypotrophie foetale s'observe à doses encore plus élevées dans une seule espèce, la souris, mais pas chez le rat ou le lapin. En clinique, des observations en nombre encore limité ne montrent pas de retentissement délétère, maternel ou foetal, de la nicotine utilisée dans l'indication du sevrage tabagique. Chez la femme enceinte, il convient de toujours recommander un arrêt complet de la consommation de tabac, sans traitement de substitution à la nicotine. Le tabagisme chez la femme enceinte peut être à l'origine d'un retard de croissance intra-utérin, d'une mort foetale in utero, d'une prématurité et d'une hypotrophie néonatale. Ces effets semblent corrélés à l'importance de l'imprégnation tabagique durant la grossesse car ils s'observent lorsque l'imprégnation tabagique se poursuit pendant le 3ème trimestre. Si le sevrage tabagique n'est pas obtenu chez les fumeuses enceintes fortement dépendantes, il est recommandé de consulter un professionnel de santé avant l'initiation d'un traitement de substitution nicotinique. L'arrêt du tabac, avec ou sans traitement de substitution, ne doit pas s'envisager de façon isolée mais s'inscrire dans le cadre d'une prise en charge globale, prenant en compte le contexte psycho-social et les autres dépendances éventuellement associées. Une consultation spécialisée dans le sevrage tabagique est donc conseillée. La nicotine libérée par les traitements de substitution n'est pas dépourvue d'effets délétères sur le foetus, comme en témoignent les effets hémodynamiques observés au 3ème trimestre (par exemple modifications de la fréquence cardiaque), qui peuvent retentir sur le foetus proche du terme.. Cependant, le risque encouru pour le foetus est probablement plus faible que celui lié à la poursuite du tabagisme puisque : · les concentrations plasmatiques maximales de nicotine sont plus faibles avec un traitement de substitution que celles obtenues avec la nicotine inhalée, et par conséquent, une exposition à la nicotine inférieure ou non supérieure à celle liée à la consommation tabagique. · il n'y a pas d'exposition aux hydrocarbures polycycliques ni au monoxyde de carbone. Par conséquent, au-delà du 6ème mois de grossesse, la pastille ne doit être utilisée que sous surveillance médicale chez les fumeuses enceintes n'ayant pas réussi à arrêter de fumer avant le 3ème trimestre. Allaitement Information liée à la présence de nicotine : La nicotine passe dans le lait maternel en quantité qui pourrait avoir une incidence sur l'enfant, même aux doses thérapeutiques. Les produits de substitution nicotinique, de même que le tabagisme, doivent donc être évités durant l'allaitement. En cas de dépendance tabagique sévère, le recours à l'allaitement artificiel doit être envisagé chaque fois que possible. Si l'arrêt du tabac n'est pas obtenu, l'utilisation de la pastille durant l'allaitement ne doit être initiée que sur avis médical. Information liée à la présence de dérivés terpéniques dans les excipients: Il est préférable de ne pas utiliser ce médicament en cas d'allaitement du fait : · de l'existence de données cinétiques limitées sur le passage des dérivés terpéniques dans le lait · et de leur toxicité neurologique potentielle chez le nourrisson Fertilité Chez l'animal, il a été démontré que la nicotine pouvait altérer la fertilité (voir section Données de sécurité précliniques). Chez l'Homme, le tabagisme diminue la fertilité de l'homme et de la femme, la contribution spécifique de la nicotine dans la survenue de ces effets n'étant pas connue.

Effets sur l'aptitude à conduire des véhicules et à utiliser des machines : NICOPASS n'a aucun effet ou qu'un effet négligeable sur l'aptitude à conduire des véhicules et à utiliser des machines

 

Nombre d’unités : 96
Âge minimum : 18 ans

Nature de produit : Pastilles
Substance active : Nicotine
Conditionnement : Boite carton, Plaquette thermoformée
Spécificité(s) : Sans sucre
Label : Made in France
Indication / Contre-indication : Déconseillé aux femmes enceintes et allaitantes, Ne pas dépasser la dose journalière recommandée, Tenir hors de portée des enfants

Tous les prix incluent la TVA - hors frais de livraison. Page mise à jour le 03/06/2020.

 

Découvrez également
Ministère de la santé Order national des pharmaciens Vérifier la légalité du site ARS Pharma Système Qualité ISO 9001 Bureau Veritas Certification Pharmacie française